RISE 2019 : Toutes les infos …

980

Cette année encore, le RISE va  nous faire rêver avec des films variés en terme de poissons recherchés ou de destinations pêche.

Comme tous les ans, depuis la première édition (nous l’évoquions avec Pierre sur le stand RISE au salon de Clermont), Gobages est partenaire du festival.

Vous allez trouver dans cet article toutes les informations, dates et lieux des projections à vérifier sur le site, il peut y avoir des évolutions). En guise d’apéritif, je vous rajoute les teasers des films.

Mais auparavant, quelques mots échangés avec Pierre sur ce RISE et cette nouvelle équipe renforcée qui l’entoure.

L’équipe du RISE (presque) au complet.

Gobages : Peux-tu nous éclairer sur cette nouvelle structure ?

Pierre Monatte : Nous avons créé une association dont l’objet est d’assurer des productions et des diffusions dans le domaine audiovisuel.

L’activité principale de l’association est, bien entendu, d’organiser le RISE Festival.

Gobages : Qu’est-ce qui va changer ?

Pierre Monatte : Nous allons donner plus de place aux partenaires locaux qui accueillent le festival (des fédés, des aappma, des réservoirs…). Nous voudrions que le festival soit un événement festif pour le partenaire hôte. De ce fait, nous nous déplacerons beaucoup moins sur les lieux de projection.

Nous souhaitons revenir aux “vertus de départ”, le respect de l’eau et du poisson. Cela se sent dans notre sélection de films.

Gobages : Quelques mots sur la sélection ?

Pierre Monatte : Après 9 ans d’existence, je suis particulièrement heureux car cette année, nous allons présenter plus de films français qu’étrangers.

Par contre, et cela en dit long sur l’état de nos cours d’eau, je regrette que pas un n’ait été tourné en France.

Gobages : Qu’ajouter ?

Pierre Monatte : En partenariat avec le Conseil Général de Haute-Loire, il y aura au Puy en Velay le jour de la projection du RISE une séquence gratuite pour les collégiens. 300 d’entre eux pourront profiter de cette séance.

Le jour de l’ouverture, toujours au Puy en Velay, nous allons organiser un “mini-salon” pour faire découvrir au plus grand nombre la pêche à la mouche.

Plusieurs guides vont y participer … mais nous aurons l’occasion d’en reparler.

Gobages : Merci beaucoup Pierre, bon courage pour cette nouvelle édition et à très bientôt,

Patrick

Les dates :

16/02 Clermont Ferrand
18/02 Biarritz
19/02 Oloron Ste Marie
20/02 Muret
22/02 Paris,  Lodève
26/02 Gap
28/02 Chaumont
01/03 Saint Chamond
02/03 Beaurepaire
03/03 Villers Cotteret, Fillinges (2 projections)
06/03 Tulle
07/03 Dijon, Aubenas
08/03 Le Puy en Velay
10/03 Hotton/Belgique (2 projections)
15/03 Sélestat, Vinon sur Verdon
28/03 Aigle/Suisse

Les teasers :

Glorious Bastard (Capt Jack Productions, Australie/Afrique du Sud) : L’Australie est certainement un des derniers terrains de jeu où tout reste à découvrir pour le moucheur. L’immensité et la diversité des habitats réservent encore de vraies aventures dans des paysages bruts et sauvages.
Après avoir reçu la permission du gardien des terres aborigènes dans les îles du Nord, les Iles Wessel, l’équipe de Capt Jack Productions a pu se frotter à l’un des poissons les plus difficiles au monde : le Blue Bastard. Ce poisson connu depuis longtemps des pêcheurs à la mouche australiens n’a été identifié comme nouvelle espèce que très récemment. En 2015, l’ichtyologiste Jeff Johnson du Queensland Museum a identifié ce poisson endémique des eaux du Nord Australien : le Plectorhinchus Caeruleonothus. Le Blue Bastard doit son nom à sa couleur légèrement bleutée lorsqu’il est adulte et à sa difficulté à le pêcher…De quoi rendre fou le plus aguerri des moucheurs.

 

Hoplias (PM Productions, France) : Les eaux de la Guyane Française recèle un témoin du passé, un prédateur hors norme et un poisson qui n’a jamais été tenté à la mouche : Hoplias Aïmara.
Remontons le haut cours du fleuve Sinnamary, dans l’un des derniers sanctuaires vierges d’Amazonie, dans la moiteur et la majesté de la forêt primaire à la découverte d’un poisson préhistorique aussi puissant et brutal que le nombre de ses millénaires d’adaptation. Et prenons conscience de la valeur patrimoniale et potentiellement économique d’un poisson au travers de la pêche à la mouche.

 

Atlanticus (Castaway Films, E.U) : Le Tarpon est peut-être le graal du pêcheur à la mouche, le partenaire de jeu ultime : un poisson à la taille potentiellement démesurée qui prend très bien la mouche en surface et dont la combativité aérienne est incroyablement addictive.
De part et d’autre de l’Atlantique tropical, il semble exister une connexion entre les différentes populations et certains habitats du poisson sont totalement méconnus. Une équipe de spécialistes amoureux de ce roi argenté et puristes dans la façon d’aborder la pêche à la mouche nous emmène des côtes du Gabon au Costa Rica en passant par le Mexique à la découverte de territoires inexplorés et insoupçonnés…

 

Le Jour J (Luc Malbois, Suisse) : Lac Thingvallavatn : après s’être « cassés les dents » deux ans auparavant, une équipe de copains est bien décidée à vérifier la présence d’énormes truites fario à la robe exceptionnelle, les fameuses « Ice Age Brown Trout ».
Dans les paysages grandioses et purs d’Islande, il a fallu briser le sort des Elfes et entamer une incantation mystique pour enfin sortir ces poissons légendaires.

Ndlr : Luc n’est pas un inconnu sur Gobages. Rappelez-vous ses “trips” en Islande et en Nouvelle-Zélande. Ca me fait vraiment plaisir de le voir aujourd’hui dans la sélection RISE.

 

EMERGENCE (Goodluz Productions, France) : Plongé dans un coma post traumatique, au rythme des bips de l’électrocardiogramme, le rêve de paysages grandioses et de pêche à la mouche maintient les facultés vitales, un mot va tout solutionner : Montana…

 

CAMP BONAVENTURE EXPERIENCE (Benoît Chancerel, France) : Il y a toujours une première : humble, simple, peut-être dérisoire mais savoureuse comme l’exploit. Entre rêve et réalité, l’espoir de prendre son premier saumon en sèche va-t-il se réaliser, ici en Gaspésie ?

 

FROZEN GUIDES (Brothers on the Fly, E.U.) : Au mois d’Avril en Islande, le printemps n’est pas encore vraiment installé et pourtant la pêche est ouverte. Les guides de pêche, avant le grand rush de la belle saison, profitent des ambiances grandioses des dernières neiges et de rivières s’éveillant après la grande nuit.

 

PATAGONIA WATERS- The wild side of Chile (BFT Media, France) : La Patagonie chilienne recèle des paysages grandioses et des rivières encore vierges où les truites prospèrent. Autour d’un séjour découverte, Gregory Dolet nous fait partager cet environnement par un incroyable esthétisme d’images et une vision pleine de poésie et de grâce.

Patrick