Sur le tarn, aprés-midi dantesque

1425

il fallait être fou, pour être au bord du Tarn cet après-midi du jeudi 23 mars.

Il est vrai que nous étions là depuis le lundi plein soleil avec 20 degrés au compteur. La pluie diluvienne qui se faisait entendre sur ma veste de Pêche se transforma en martèlement : un orage de grêle. Mon fidèle compagnon était aux même abonnés en grelotant de froid.

Puis vint le silence, et la neige à gros flocons. Et soudain, l’espoir; quelques March Brown, suivies d’olives foncées firent mettre quelques poissons en place. Ce fut bref mais intense. Six poissons en 20 minutes dont la majorité pris par mon ami le long d’une excellente bordure. Fourbus et repus, nous rejoignîmes notre gîte sous dix cm de neige.

Le lendemain le Tarn était haut; retour à la maison.

 

Une contribution de dourbieman