Naissance d’une canne …

2593

Il y a un an, nous étions quelques membres de Gobages.com réunis à l’occasion d’un stage de lancer Spey. Petits pêcheurs de truites et d’ombres perdus au pays des Grands Saumoniers. C’est au cours de ce week-end qu’est née l’idée d’une canne qui pourrait croiser ces deux univers.

Fred nous raconte l’histoire de cette canne et nous propose la vidéo de sa réalisation.

Le programme était simple, créer une canne DH (Double Hand) pour la pèche en noyée des ombres et truites des grandes rivières du nord comme la Glomma en Norvège ou de notre Belle Dordogne et qui puisse par le changement d’un brin se transformer en une canne une main d’à peu près 10’6 pour une pèche en sèche.

Patrick nous avait bien décrit son rêve :
« Je voudrais pouvoir descendre la Glomma en noyée à deux mains puis, arrivé au bas du parcours, sortir un brin de mon sac et transformer cette DH en canne une main pour remonter en sèche sur les éclosions du soir, sans avoir besoin de repasser à la voiture ou de trimbaler deux cannes avec moi ».

C’est le type de projet que j’adore : créer une canne sur mesure qui réponde à un rêve. On aime que nos cannes soient des extensions de nous-mêmes et des rêves qu’on a en tête.
Une canne est certes un outil pratique, concret, mais c’est également tout ce qu’on projette en elle : nos futurs voyages, les paysages qui vont avec, ces robes de truites et d’ombres splendides, ces lancers et ces boucles parfaites … 🙂 et surtout ici, une façon d’approcher la rivière. Dès que je suis derrière mon banc de montage je compose avec tous les rêves du pêcheur pour lequel je travaille.

Après des centaines d’échanges et grâce à nos expériences croisées qui font la richesse du forum ainsi qu’à l’aide de Gobages.com l’idée passe enfin du projet sur papier au projet réalisable.

Je m’oriente immédiatement vers un blank de haute qualité. Comme je travaille avec CTS et SWIFT, j’ai la chance d’avoir accès à du beau matériel et à quelques exclusivités.

Il nous fallait un blank DH léger, puissant, précis pour lancer une soie à plus de 25m, idéalement en soie de 3/4, 5 maximum (norme deux mains) qui une fois raccourci soit léger, et si possible d’action medium fast, surtout pas une barre à mine.

La chasse commence !

Je contacte CTS, concepteur de blank néozélandais. J’adore leurs Affinity MX et la Affinity X, ces cannes ont fait leurs preuves sur toutes les rivières du monde. Ils savent également concevoir de superbes blanks DH. J’utilise leurs blanks Quartz en S-glass depuis des années et j’aime l’esprit familial de la boîte.

On discute du projet et du grand écart que je souhaite réaliser et on tombe d’accord sur l’emploi d’un de leurs blanks DH …

J’ai lu leur article sur leur Affinity DQ qui m’a mis en appétit. Ce blank DH a une large plage d’utilisation, 100 grains d’écart entre sa plage basse et sa plage haute, c’est beaucoup !
Il peut être chargé avec une soie légère pour une pèche en spey style touch and go avec un ancrage minimal et le blank entre en action sur ses premiers 2/3. Je traduis cette donnée en un mot qui sonne bien à mes oreilles : ce blank est doux et progressif. C’est exactement ce que je recherche pour la version une main, la douceur permettra d’exploiter la puissance du blank sans avoir à forcer démesurément.

En version DH, il pourra être chargé avec une soie plus lourde pour les pêcheurs qui apprécient les ancrages appuyés, auquel cas il chargera jusqu’au talon pour lancer loin !… Si c’est vrai, ça ressemble à ce qu’il nous faut !

CTS me propose en exclusivité pour Hourc et Gobages un proto en soie de 3-4wt peint avec leur nouvelle couleur, le space grey. Une plage d’utilisation entre 250 et 350 grains selon CTS… La fenêtre est large !
En norme AFTMA ça permettrait de pécher avec une soie de 5-6wt, parfait on est dans les clous !
Je leur demande la confection d’un talon supplémentaire qui me servira pour créer l’adaptation poignée une main.

Dès réception du blank, je suis conquis par la légèreté et l’action du blank.

Le montage et l’équilibrage de la version DH est un plaisir, et je commence à modifier quelques paramètres pour sa transformation en version une main. Je change la position du premier guide. Situé sur le deuxième brin il doit être également idéalement placé pour les deux versions de la canne.


Après positionnement et ligaturage des guides, tournage des poignées en Flor de la DH, pose du porte-moulinet ajusté au blank avec du liège – pas de scotch dans mes montages – je débute le délicat travail d’équilibrage de la canne en version une main.

Je souhaite raccourcir la canne de presque 2 pieds. Après les premiers tests d’équilibrage, j’opte pour une longueur de 10’7 et je recoupe l’un des deux talons. C’est le point de non retour.
Je passe ensuite aux tests d’équilibrage avec une soie de 6 AFTMA et un Hardy Marquis 6/7.


Équilibrer parfaitement une canne de cette puissance et de cette longueur n’est pas tâche aisée. Deux solutions pourraient être utilisées :
– Alourdir le talon en y ajoutant du poids, ou un moulinet plus lourd

– Avancer la position de la main et allonger la poignée,

Je choisis sans hésitation cette deuxième option car je veux une canne légère en main qui puisse être utilisée avec un moulinet pour soie 5/6 auquel elle sera destinée. La canne tombe parfaitement en main.

Encore quelques modifications sur la poignée, vernissage des guides et la canne est enfin prête à passer l’épreuve du test.

A suivre …

La vidéo du montage :

 

CTS Affinity DQ 12’6″ Two hands / 10’7″ One hand from Frédéric Lombard on Vimeo.

Fred