Naissance d’une canne … Les essais

1125

Après vous avoir expliqué quelle a été notre démarche pour l’élaboration de cette canne et surtout après le magnifique boulot réalisé par Fred, il fallait passer aux choses sérieuses.

Une canne à pêche est faite pour pêcher (merci Monsieur de La Palice) et c’est au bord de l’eau que l’on voit si la canne que l’on a en main correspond aux attentes.

C’est lors d’un séjour canoé – pêche avec Fred que j’ai pu prendre en main cette canne.

Fred vous propose le film des toutes premières impression et des premiers poissons (enfin pas les premiers car la veille au coup du soir nous en avons attrapé quelques uns et  … il n’avait pas la caméra).

Je lui laisse la parole.

Fred:

Je dois partir sur l’Allier pour un repérage, Patrick est dans les parages, rendez-vous pris, on se retrouve sur une belle plage et les essais commencent.

Si on se doutait que la version DH fonctionnerait car c’est son programme -même si l’on cherche encore la soie parfaite- nous étions très curieux de ce que donnerait la canne en version une main. On s’attendait à une canne puissante, trop peut-être… On était loin d’imaginer que le résultat dépasserait nos espérances !
Une canne une main légère, précise qui envoie à 20 m sur un faux lancer…. Wahoua je pense que même chez CTS on va être surpris !

La vidéo :

Conclusion :

J’ai beaucoup utilisé cette canne depuis que Fred me l’a donnée sur l’Allier. En version « une main », elle est bluffante. J’ai pêché avec en rivière (truites et ombres) et en réservoir (j’ai pris avec beaucoup de black-bass jusqu’à environ 35 cm et beaucoup de truites en réservoir).

Elle se comporte vraiment bien au niveau « tenue du poisson ». Le fait de lancer loin avec une soie qui, somme toute reste très discrète – utilisation uniquement avec une soie de 5 – est un réel avantage en réservoir.

Tous ceux qui l’ont essayée ont eu la même réaction que moi et ont été surpris par sa légèreté et sa puissance.

En version  « deux mains », j’ai un peu plus de mal à trouver la soie qui va se « marier » avec. Pour être tout à fait franc, je l’ai peu utilisée dans cette version à cause du manque d’eau qui sévit sur nos rivières et je ne suis pas encore allé sur la Dordogne pour poursuivre les tests. A voir cet hiver.

Je l’ai néanmoins essayée en « overhead » avec une WF 7 (norme AFTMA) et elle se comportait bien.

Encore merci à Fred et tous ceux qui ont participé à cette belle aventure et si on se rencontre au bord de l’eau, je vous la ferai essayer avec grand plaisir (pour la petite histoire, on l’a fait avec un pêcheur rencontré au bord de l’Allier).

Patrick