Portrait : Eric, facteur de cannes, EM Fishing

866

Ceux qui fréquentent le forum le connaissent forcément. C’est un des plus anciens Gobnautes, qui n’hésite pas à partager son savoir en matière de montage de cannes.

Rencontre avec Eric d’EM Fishing.

Présentation :

J’ai commencé le montage de cannes à l’âge de 20 ans et ça fait … un peu plus de 30 ans que je pratique cette activité.

Au début, l’idée était double. D’une part, monter ses propres cannes était financièrement plus avantageux que d’en acheter et d’autre part, cela permettait d’avoir exactement ce que l’on voulait.

Il y avait un club à Levallois avec Christian Launstorfer, ce qui m’a bien aidé.

J’ai ensuite fait une grande pause dans le montage avant de reprendre en 2008.

J’ai créé la société EM Fishing début 2013. Je monte environ 2/3 de cannes mouche et 1/3 de cannes spinning-casting.

La gamme :

Je peux, bien sûr, monter tout modèle (longueur et puissance) à la demande.

Ma gamme de cannes se compose principalement :

– D’une canne de 8,6 pieds soie de 4 dont le blank a été développé par mes soins,

– De cannes 9 pieds soie 4/5 et 5/6,

– Et de cannes de 10 pieds soie de 4/5 et 5/6.

Petit scoop : L’arrivée de 2 nouveautés typées nymphe. Une canne de 10 pieds soie de 2 et une de 10 pieds soie 3/4. Cannes en 4 brins, avec des blanks « nano-résine » dont l’action est très intéressante.

Les cannes fibre de verre :

En 2012, Karl Mac Neil a lancé la marque Swift qui commercialisait les blanks Epic en fibre de verre.

J’ai trouvé cela intéressant et je les ai contactés tout de suite. J’ai commandé leurs blanks et j’ai commencé à les monter.

Cela a relancé la fibre de verre. Il faut dire que les nouvelles étaient nettement plus légères et plus rapides que les anciennes cannes.

Pour moi, c’est le meilleur matériau et le plus agréable à utiliser pour des cannes en-dessous de 8 pieds. Le gros avantage de la fibre de verre est qu’il n’y a quasiment pas de « décroché ».

Poignées carbone :

J’ai mis du temps à y venir et surtout j’ai mis du temps à mettre au point « mon » process.

L’inconvénient est que c’est très long à faire (à cause des temps de séchage et du ponçage). Autre souci, il est très compliqué d’être au niveau de la masse du liège.

Les avantages : Elles sont inaltérables et, même si le coût de la main d’oeuvre fait grimper le prix, elles reviennent moins chères que celles en liège.

Il faut prendre en compte le côté esthétique et les associer à 1 blank et 1 porte-moulinet carbone.

Gobages.com : Merci Eric de m’avoir accordé un peu de temps et surtout un grand merci pour ta participation très active au forum et à toutes ces questions sur le « rod building » auxquelles tu apportes des réponses fort instructives.

Patrick