Accueil Matériel

Matériel

Le “Bamboo Journal” n° 02 vient de sortir

Il s’agit d’une revue, au format PDF, quadrimestrielle, et gratuite. Elle est pour l’instant disponible en italien et en anglais. Nos amis italiens nous ont invité à participer au “Bamboo Journal”.

LA SAGA DU BAMBOU REFENDU ….. 4/6 Le collage, la finition du blank, les viroles.

0
Erratum : tout d’abord, j’apporte un petit rectificatif quant au nombre de chapitres qui sera finalement de 6, au lieu de 8 comme prévu initialement.
LE COLLAGE DES BRINS

A chaque nouvelle étape, le caractère « émotionnel » de cette aventure est grandissant. Une fois la phase du collage achevée, il sera possible de commencer à « caresser » la future compagne de pêche et entrevoir ses qualités et ses défauts.

Là encore, bien que les premières cannes en bambou refendu aient plus d’un siècle d’existence, la géniale machine nécessaire à l’opération de collage n’a toujours pas été supplantée.

Après l’encollage des brins à la colle PU ….

… ces derniers sont « pris en charge » sur l’outillage par une cordelette qui remplit 3 fonctions (la mise en rotation, le serrage des brins entre eux et l’avance de l’ensemble) et qui permet une parfaite mise en place du fil de ligaturage qui doit « emmailloter » la canne jusqu’au parfait séchage de la colle. Pendant le temps de prise, soit environ 1/2 heure,  la rectitude du brin peut être ajustée.

Ci-dessous, 4 talons et scions ligaturés sont en cours de séchage. Sur celui du bas, l’on peut constater l’oubli malencontreux de la deuxième passe de ligaturage qui doit être croisée avec la première …

LA FINITION DES BLANKS

Nos brins collés débarrassés de leurs ligatures sont donc devenus des blanks. Un “grattage” puis ponçage soigneux destinés à enlever les traces de colle s’imposent. Ils sont effectués au moyen d’une lime de carrossier, puis de paille de fer surfine.

Pour le vernissage, plusieurs techniques plus ou moins sophistiquées existent. En ce qui me concerne, j’ai choisi la plus simple : au pinceau.

3 couches sont passées à 24 heures d’intervalle avec, entre chacune, un ponçage léger.

Il faut noter que les progrès techniques réalisés par les fabricants de colle durant ces dernières décennies rendent presque facultative cette opération considérée autrefois comme primordiale afin d’empêcher l’eau de pénétrer entre les baguettes de bambou.

Le marquage, réalisé à l’encre de chine et “emprisonné” entre plusieurs couches de vernis, permet d’apporter une petite note esthétique supplémentaire à l’ouvrage.

LES VIROLES

Ici encore, un panel de techniques est proposé au constructeur pour assurer la liaison entre les blanks. La plus courante reste l’emploi de viroles en maillechort, un matériau facile à usiner, relativement stable aux variations de température et résistant à la corrosion.

Ces viroles peuvent être réalisées au moyen d’une perceuse, mais l’emploi d’un petit tour à métaux facilite grandement la tache.

Le dégrossissage de ces pièces est effectué au moyen d’outils classiques (fôrets, outils à dresser, à tronçonner). La finition doit être méticuleuse car l’appariement des viroles mâle et femelle requiert un ajustement inférieur au centième de mm. Pour cette opération, abrasifs très fin, limes aiguilles, laine d’acier et …. huile de coude sont de rigueur.

2 viroles femelles achevées.

Les viroles sont collées sur les blanks au moyen d’une colle époxy bi-composants. Le séchage se fait “canne assemblée” dans un guide rectiligne (ou sur le gabarit de finition) qui garantit un parfait alignement de l’ensemble. Un ligaturage, réalisé en même temps que ceux destinés aux anneaux, vient parachever la tenue des viroles.

Prochain épisode, le 20 février 2017 : 5/6 Les anneaux, la poignée, le porte-moulinet.  

Test : Chaussures de wading Orvis Access

0

Mes anciennes chaussures de wading commençaient à faiblir et avant de partir en Norvège en 2017, je voulais “assurer le coup” en achetant une nouvelle paire.

Comment réparer ses waders ?


article

Il fait froid et il pleut. La rivière est grise et son eau semble glaciale. Pourtant, il y a du monde au bord de l’eau. C’est l’ouverture, cette journée à laquelle vous n’avez cessé de penser depuis la mi septembre. L’heure légale approche, vous entrez dans l’eau. Ah, cette sensation de l’eau qui file sur les waders. Mais quelque chose ne va pas, là, dans le chausson gauche. Ca n’a pas l’air d’être grand chose, mais quand même. Serait ce ? Non, pas un trou, pas ce trou que vous vous étiez juré de réparer à la fin de la dernière saison . Et pourtant, si, c’est bien lui, et vous devrez bientôt sortir de l’eau pour éviter l’engelure. La journée est gachée.

Catalogue JMC 2018

Le catalogue JMC 2018 est disponible pour consultation sur le site http://www.mouchesdecharette.com/ ou simplement ci-dessous. pour le voir plein écran cliquez au milieu du catalogue.

Bonne lecture

Bambou et Refendu

0

La passion des cannes en bambou refendu …

Les artisans de la mouche n° 4

Voici le n°4 de la newsletter des Artisans de la mouche.

Au sommaire, interviews, bambou refendu, épuisettes, casting ou encore gastronomie.

Une foule d’articles très intéressants.

Bonne lecture

Merci à tous ces passionnés.

Patrick

Newsletter les Artisans de la Mouche N°4

Cannes combo : L’expérience de Claude Ridoire

0

J’ai pris connaissance avec un réel intérêt des communications relatives à la naissance d’une canne Combo à une et deux mains. Devant un tel partage, j’ai appelé Patrick pour lui demander un essai de « l’outil » et l’envie de vous communiquer mon expérience en la matière m’est venue dans l’attente de l’essayer.

LA SAGA DU BAMBOU REFENDU ….. 5/6 Les anneaux, la poignée, le porte-moulinet

0
LES ANNEAUX

Lors de la fabrication des premières cannes, ces accessoires peuvent être achetés dans le commerce. Ils sont néanmoins assez faciles à fabriquer au moyen d’un petit outillage destiné à mettre en forme des fils en acier inoxydables. Ces anneaux, serpentiformes pour la plupart, sont fixés sur la canne au moyen d’une soie, assez proche de celles utilisées pour le montage des mouches.

Les ligatures ainsi constituées sont ensuite protégées par une résine bi-composant. Celle-ci est appliquée pendant que la canne est entrainée en rotation sur un banc jusqu’au séchage complet ( environ 24 heures ).

Il est beaucoup plus complexe de réaliser soi-même l’anneau de départ dont la bague est taillée dans une tranche d’agate et ajustée sur un support en fil de maillechort. La diversité colorimétrique des agates et la beauté de leur veinage permettent de réaliser de véritables petits bijoux qui vont contribuer à parfaire le caractère unique de chaque refendu.

Il faut toutefois faire preuve d’une certaine persévérance car l’usinage et le polissage d’un anneau en agate demande 4 à 6 heures de travail, auxquelles se rajoutent celles nécessaires à la mise en forme et au soudage de l’armature.

 


CONFECTION DE LA POIGNEE

La matière première, le liège, provient majoritairement du Portugal et doit être de très bonne facture. Différentes qualités peuvent être approvisionnées mais il serait dommage de ne pas sélectionner la meilleure ( top flor ).

La confection de la poignée est relativement simple. La première étape consiste à assembler la quantité adéquate de rondelles de liège et la solidariser au moyen d’une colle polyuréthane.

Les rondelles préalablement encollées sont ensuite enfilées sur une tige filetée et mises en pression au moyen de 2 écrous de serrage.

Et un kebab, un !!!

Après un temps de séchage minimal de 24 heures, l’ensemble tige filetée et rondelles est positionné sur la perceuse ou le tour et mis en forme par ponçage au moyen d’une lime à grosses piqures, puis de papiers abrasifs.

Quel plaisir de voir la poignée prendre progressivement sa forme définitive en dégageant une très agréable odeur de liège !


REALISATION DU PORTE-MOULINET

Pour ceux qui tiennent absolument à le réaliser eux-mêmes ( on peut en trouver facilement dans le commerce ), un petit tour à métaux me semble indispensable surtout dans le cas où l’on opte pour un blocage du moulinet par vissage.

La fabrication d’un porte moulinet passe par de multiples phases passionnantes qui permettent de laisser libre cours à l’imagination dans le but de personnaliser à sa guise son ouvrage.

Pour les parties en bois, il est facile de trouver dans le commerce des petits carrelets…

… bois de rose, palissandre, ébène, amourette, sycomore, benjoin et bien d’autres essences qui, une fois usinées, polies et lustrées donnent un fabuleux cachet à la canne.

Dernier épisode, le 6 mars 2017 : 6/6 Conclusions, quelques réalisations.  

Catalogue Tenkara Pyrénées 2015

Catalogue 2015 à télécharger en cliquant sur l’image ou sur http://www.tenkara.fr/ .

Les nouveautés 2015 seront bientôt présentées sur le site http://www.tenkara.fr/

 

Bon shopingtenkara-2015

Fabriquer ses shooting-head (2/2)

0

Dans la première vidéo, Claude Ridoire nous a expliqué les principes généraux de la fabrication d’un shooting head et notamment l’équilibre statique entre une canne et une soie.

Réseaux Sociaux

2,468FansJ'aime
609SuiveursSuivre
1,940AbonnésS'abonner