Voici une nouvelle fiche montage proposée par : Orpailleur

Les matériaux nécessaires :

– Hameçon : Droit 18 à 22

– Sous corps : Soie de montage Tan 8/0

– Cerques : Fibres de plume de coq Pardo

– Corps : Quill de paon ébarbé

– Support de l’aile : Bandelette de foam

– Aile : Plumes de CDC et fibres de perlon (je n’ai pas de lien. Ce matériau est utilisé en aquariophilie, vous le trouverez en jardinerie).

– Thorax : Dubbing

Conseils, utilisation :

Je laisse la parole à Orpailleur qui répond à une question sur le “perlon” (copie d’un extrait du forum):

– Penses-tu que le perlon soit plus hydrophobe que du parapost par exemple ?

– Salut, a priori, pas forcément. Par contre il me semble plus léger, plus fin et «froufroutant» (moins linéaire que le parapost ou z-lon), assez idéal pour les montages aérés et un poil hirsutes sur de petites mouches.

Très fin, il permet de ne pas apporter de surépaisseur et de préserver la finesse du montage. Graissé, il devient insubmersible.
Surtout, pour moi, il a un plus grand potentiel d’«aération» de la mouche que d’autres matières.

Légèrement intégré dans un montage paraloop en cdc, par ex., ça me semble redoutable et ça participe à décompactifier les fibres, rendant la mouche plus aérée, vivante, et en même temps plus durable car ça amène un peu de rigidité entre les fibres, permettant de lutter contre la mollesse du cdc qui colle rapidement dans la bouche des ombres. Et ça ajoute une belle luminosité bien diaphane dans la lumière. Mouches très visibles tout en restant discrètes, car c’est moins flashy que du parapost. Si bien dosé, un bon potentiel pour les ombres éduqués me semble-t-il, je teste plus sérieusement ce week-end :wink:.

Mais le 1er montage a déjà été validé il y a quelques jours.

Montage :

On commence par former une sous-couche conique avec le fil de montage (ici : UNI-Thread « Tan » (8/0), et on fixe deux cerques de part et d’autre de la hampe, en prenant bien soin de former un beau V, bien écarté.

On fixe un quill de paon ébarbé (ici Polish Quills « Ginger »), on vernit légèrement la sous-couche en fil de montage pour apporter plus de solidité, et on enroule par-dessus.

On fixe une fine bandelette de foam préalablement découpée (j’ai expliqué ailleurs l’intérêt du foam pour les montages paraloop sur tous petits hameçons).

On prépare la fourniture de l’aile : 2 ou 3 demi-plumes de cdc superposées, sur lesquelles on dispose quelques fibres de perlon.

On bloque.

On coupe.

On place dans le fil de montage préalablement fendu, on étale et aère un peu au besoin.

On twiste.

On enroule sur le support en foam, en commençant par le haut et en redescendant progressivement.

On rabat les fibres vers l’arrière.

On forme le thorax avec du dubbing synthétique hydrophobe (ici : Orvis spectrablend « Dark dun »).

On rabat le foam vers l’avant, on fixe.

On coupe l’excédent en tirant légèrement sur le foam pour couper bien ras, on forme la tête et on fait le noeud final que l’on consolide avec un peu de vernis UV.

 

On coupe l’aile à la hauteur voulue en rabattant les fibres vers le haut entre le pouce et l’index.

Mouche terminée. J’attends vos retours. 

Vous remarquerez la belle luminescence de l’aile conférée par le perlon, qui, comme déjà dit, vient également donner une plus longue durabilité à la mouche, et un aspect « vibratile » particulièrement intéressant.

Voilà. J’ai fait au mieux, je n’avais que très peu de temps à disposition et les finitions de la mouche s’en ressentent un peu. Mais j’espère avoir apporté quelques lumières sur ce montage

On peut bien sûr varier les tailles et les couleurs.
Ici, même montage mais sur #22.
Ça devient serré.