Vous aussi faites partager les infos sur les rivières de votre région. Ainsi chacun y trouvera son compte avec des infos fraîches en permanence. Pour rédiger une news c'est par par ici.

Montées à l’arrache.

Publié le 12/11/2017, par fly.only
Département : 46 - Lot. Rivière : Dordogne.

Le 12/11/2017,

Comme souvent en ce moment, avant de partir pêcher, je monte la mouche indispensable pour ne pas me trouver dépourvu. Comme toujours, cela me met irrémédiablement à la bourre mais je continue. Il faut dire que ces derniers temps ça ne me réussit pas trop mal.

Hier par exemple, faute de retrouver mes queues de cerfs roses et bleues pour faire un de mes modèles favori, j’ai torché à la va vite un articulé avec les deux couleurs que j’avais sous la main. Cela a donné un truc hideux mais qui au bout de 10 lancers avait déjà déclenché deux poissons. Au bout de deux heures de pêche avec une perche et un brochet de 70 cm au compteur, elle a fini sa brève carrière dans la gueule d’un autre brochet amené au bateau qui a pris sous le scion totalement hypnotisé par ce stream. #&**@* d’avançon en fluorocarbone.

C’est donc avec deux petites mouches jaunes en poche que j’ai repris la route aujourd’hui pour taquiner les ombres après avoir quitté précipitamment la table du repas dominical. Le temps est pourri mais la route est bordée d’or. Érables, hêtres, chênes se sont en effet parrés de leurs plus beaux atours. C’est la golden week en Périgord.

Arrivé sur l’eau je constate que le vent grille trois coins sur quatre. Comme il est déjà 13h30, je fonce vers un endroit qui est parfois un peu plus abrité ce qui est le cas. Le vent ride l’eau par intermittence mais cela laisse tout de même entrevoir des gobages bien gras. Comme le gros des éclosions est désormais derrière nous, la dérive est modérée et les ronds sont sporadiques.

Bien que très pêchés, les poissons sont gentils. Ils montent sur de belles mouches en 16 et je n’aurai pas à user de mes petites mouches jaunes montées à l’arrache hormis sur un poisson qui nécessitera une permutation. C’est l’ombre de la photo.

Je me sers en effet de ces mouches comme deuxième lame, non pas parce qu’elles ne sont pas efficaces mais parce qu’elles imitent trop les insectes présents et que du coup, les autres pêcheurs les utilisent souvent comme première lame.

Des 7 poissons qui viendront jusqu’à moi, presque tous sont marqués. Sur  les 4 gros que je toucherai, 3 ont les flancs abîmés par les cormorans. D’autres portent les stigmates de leur rencontre avec les pêcheurs. La fin de la saison qui approche leur apportera un repos bien mérité sur ce spot très accessible sur lequel j’ai compté jusqu’à onze pêcheurs différents sur la même journée.

Après une dernière averse, je regarde en partant les poissons qui lancent une nouvelle salve de gobages. Après deux heures de pêche il est temps pour moi de rentrer. Bien que j’ai énormément péché ces trois dernières semaines, je ne suis toujours pas rassasié. La Belle nous a offert une période exceptionnelle. Mais avec elle, tout peut s’arrêter à chaque instant. Et parfois pour longtemps.

Alors, dès que cela sera possible je reviendrai la voir avec en poche une ou deux mouches montées à l’arrache. Comme d’hab.

Fred