“A ton étau” va partir en vacances … Nous nous retrouverons à la rentrée pour de nouveaux montages.

Je tiens à remercier tous ceux qui “ont joué le jeu” en nous suivant au fil des différents articles que nous vous avons proposés. Merci à tous ceux qui nous envoyé des photos de leurs montages, certes balbutiants, mais avec un peu de volonté et de l’entraînement, rapidement vous allez améliorer la qualité de vos imitations.

articledc

Devoirs de vacances :

Comme “devoirs de vacances” LOL, je vous propose de réaliser cette mouche Corrézienne, la “double-collerette”, que l’on doit au Docteur Juge et qui reste d’une efficacité redoutable sur les parties rapides de nos ruisseaux Limousins.

Les matériaux nécessaires :

– Hameçon : Droit standard taille 16 ou 20

– Corps : Soie de montage entre les deux hackles

– Tête : Soie de montage

– Tag : Soie floss

– Collerette : Hackle

Conseils de montage :

– La réalisation de ce modèle ne présente pas de difficulté particulière.

– Je l’ai choisi dans un but bien précis : Vous avez vu que la plume arrière est légèrement plus petite que l’autre, ce qui donne à la mouche sur l’eau un “petit air penché”. C’est ce point qu’il vous faudra travailler, le respect des proportions.

– Je pense que, souvent, ce qui empêche que nos imitations ne soient “englouties” par nos partenaires de jeu (hormis la présentation bien sûr), est le non-respect des “justes” proportions. J’en discutais lors du meeting avec Gilles (Hérondeau) et c’est lui, alors qu’il ne savait pas que je préparais un “A ton étau” sur le sujet, qui a évoqué l’importance de proportions harmonieuses et réalistes dans le montage.

 

La vidéo de montage :

Conclusion :

 

Bonnes vacances, attrapez (et relâchez) de nombreux poissons avec les mouches que vous avez montées au cours de ces derniers mois passés ensemble.

Envoyez-nous vos remarques, questions ou suggestions à atonetau@gobages.com. Et surtout, envoyez-nous les photos de vos montages et de vos poissons.

Encore merci pour votre participation à “A ton étau”.

A très bientôt,

Patrick