Voici un nouveau numéro de “A ton étau”. Vous avez été nombreux à nous demander la reprise de cette rubrique au début de l’hiver, période traditionnellement consacrée au montage de mouches.

Je vous dois donc quelques explications. J’avais préparé plusieurs sujets (certaines vidéos sont même tournées, mais non montées). Avec la météo très clémente de la fin d’année dernière, j’ai privilégié les sorties pêche (ombre et réservoir). Ajoutez le temps passé pour le changement de forum, j’avais relégué “A ton étau” au second plan.

On va rattraper ça : je vous propose, avant l’ouverture, deux montages de mouches noyées. Les insectes les plus fréquents à cette époque sont les “MarchBrown”. Je vous propose donc deux imitations à deux stades distincts, l’un sera mis en pointe et l’autre en sauteuse.

Surtout, n’hésitez pas à découvrir (ou redécouvrir) la pêche en noyée. Cette technique est beaucoup plus subtile que certains veulent bien le laisser croire et, personne ne me contredira, peut rapporter de très beaux poissons.

Premier montage : mouche de pointe

Il s’agit de la mouche de pointe qui “équipera” votre bas de ligne.

Les matériaux nécessaires :

– Hameçon : Droit fort de fer taille 8

– Corps : Dubbing de lièvre marron cerclé d’un fil de cuivre

– Aile : Poils de renard (si vous n’avez pas de renard, d’autres fibres similaires ou du Pardo peuvent faire l’affaire).

– Tête : Soie de montage

Conseils de montage :

– Pas de difficulté particulière, mais il est important de bien respecter les proportions. ne chargez pas trop l’aile.

– Vous allez pêcher “aval”, cette mouche doit “emmener” votre bas de ligne de façon naturelle devant les postes supposés des poissons.

 

Les étapes de montage :

Fixer la soie de montage et l’amener à l’aplomb de la pointe de l’hameçon.

Fixer le fil de cuivre. Ramener le fil de montage à la courbure.

Poisser le fil de montage.

Appliquer le dubbing sur le fil sans appuyer.

Twister le dubbing en faisant tourner la bobine de fil. Ainsi il aura plus de volume.

Former le corps en enroulant le dubbing.

Cercler le corps avec le fil de cuivre. Couper l’excédent de cuivre.

Fixer une pincée de poils de renard en ayant pris soin auparavant d’enlever la “bourre” à la base des fibres.

Couper l’excédent de poils. J’utilise de façon systématique ce brûle-fibres pour “nettoyer” l’oeillet.

Former la tête. Couper le fil. Une goutte de cyano, mouche terminée.

Si le corps ne vous semble pas assez ébouriffé, vous pouvez passer un petit bout de velcro dessus pour augmenter le volume.

Conclusion :

Envoyez-nous vos remarques, questions ou suggestions à atonetau@gobages.com. Et surtout, envoyez-nous les photos de vos montages et de vos poissons.

Encore merci pour votre participation à “A ton étau”.

A très bientôt,

Patrick