Il ne viendrait pas à l’esprit de faire une ouverture sans leurs imitations dans mes boites et je ne vous cache pas d’ailleurs que cette vilaine bestiole me sert toute l’année.

pêche à la mouche

 

Très facilement identifiable sur l’eau, le chironome a envahi nos rivières. On le trouve partout ou presque et en plus toute l’année.

 

 

Cet insecte, en rivière revêt un teinte sombre, mesure quelques millimètres (2 à 3mm ) et l’insecte adulte présente une vague ressemblance avec un moustique, donc pas trop de problème pour le reconnaître.

Tôt le matin, les éclosions nombreuses de ces minuscules insectes, réveillent les truites de leur léthargie. Il n’est pas rare de voir les premiers gobages discrets apparaîtrent dès le jour levé.

L’absence à ces heures là de toutes autres éclosions et leur nombre impressionnant sur l’eau , la pêche en sèche est de suite très prolifique pour peu que l’on adapte une technique un peu « particulière ».

On pêche avec un bas de ligne assez long, autour des 5 m , 5,50 m et avec une pointe de 10 voir 8/100 , d’un minimum de 1,50 m voir 2 m (attention au vent toutefois ). La pointe est obligatoirement dégraissée pour couler dans la pellicule d’eau et être invisible à l’œil du poisson.

On posera assez court pour raison de précision et la mouche devra se poser en foulard bdl étendu devant vous, pour éviter tout effet de draguage sur cette imitation minuscule.

La présentation de cette imitation est primordiale.

En grande rivière la pêche ¾ aval est préférable ou encore à plat avec un grand mending amont pour laisser dériver longuement votre imitation.
Sur les bordures l’attaque, se fait par l’arrière du poisson et le posé de la soie sur la berge. C’est pour moi la meilleur façon de pêcher.

De toute les manières vos dérives devront être assez longue dans une veine de d’eau nourricière.

Vous trouverez presque tout le temps les poissons attablés dans à peine 10 cm d’eau, à l’ombre végétation de bordures, le long de berges creuses dans des endroits assez froid.

Les gobages de ces poissons sont souvent difficiles à voir ( la taille d’une pièce de 2 euros ). En fait de gobage, c’est plus une aspiration de la mouche et la raison est simple: les larves de chiro dans des endroits d’eaux stagnants ou peu agités par le courant, reste collée par la tête et à la verticale assez longtemps. Sans défense, la larve va être aspirée de la surface, les unes après les autres par le poisson et cet façon de procédé ne coûtera que peu d’énergie à un poisson fatigué encore de la fraie et des journées de disette.

Toutes mes imitations de chironome sont des modèles soit : de flottaison base ou alors d’émergence. Elles sont de petites tailles env18 à 24 et toutes mes imitations sont ouvertes légèrement, au niveau de la courbure à la pince vers le bas et sur le côté pour offrir une ouverture plus importante.

Dernière précaution, le ferrage se fera doux pour éviter la casse et l’utilisation d’un BDL (maxima) cuit,ainsi qu’une canne douce vous sera d’une grande aide.

Bonne pêche.–*->°))))>< —–Paco31