LA SAGA DU BAMBOU REFENDU ….. 6/6 Conclusions, premieres constructions

1618

 

CONCLUSION

Tout d’abord, merci d’être arrivé au terme de ce petit reportage qui, je l’espère, aura suscité de futures vocations et donné à certains d’entre vous l’envie de goûter un jour le plaisir incomparable d’attraper une truite avec un fouet en bambou refendu issu de son propre labeur.

Nous ne sommes plus que quelques dizaines d’irréductibles qui tentons de perpétuer des techniques artisanales d’une grande ingéniosité et dont certaines ont été développées il y a plus d’un siècle. Il serait extrêmement dommageable qu’elles se perdent dans la nuit des temps.

J’en profite pour remercier chaleureusement Thierry, administrateur du forum http://forum-gillum.com/, ainsi que tous ses membres. Ils m’ont accueilli dans leur attachante communauté et transmis leur savoir-faire avec patience et générosité. Sans eux, je serais incontestablement passé à côté d’une aventure exceptionnelle.

Je reste à l’entière disposition de celles et ceux qui veulent relever le challenge !!!


Un aperçu de mon antre.

MES PREMIERES FABRICATIONS

Georges Brassens chantait « jamais de la vie on ne l’oubliera, la première fille qu’on a t’nue dans ses bras ».

Il en est de même pour sa première canne en bambou refendu.

Canne de 7,2 pieds – 2 brins – soie 5 

Première sortie à Banca ( Nive de Baïgorry ).


3 cannes de 7,6 pieds – 2 brins – soie 5  ( pour le fiston et deux copains ).

Avec leurs tubes en aluminium revêtus d’une feuille de chêne.

 


Canne monobrin de 6 pieds – soie 3.

Poignée démontable, sans porte-moulinet.

   


Canne de 7,5 pieds – 3 brins – soie 5 ( pour le frangin ).

Viroles tri-matières ( bambou, maillechort, carbone ).


Canne à tenkara de 10,5 pieds – 8 brins.

Viroles tri-matières ( bambou, maillechort, carbone ).

 


2 cannes 7,2 pieds – 2 brins – soie 5 ( pour 2 copains, presque terminées ).