Trip en Islande

3011

Vous vous souvenez sûrement de Luc et de son voyage en solitaire en Nouvelle-Zélande. Cette fois-ci, Luc partage avec nous son voyage en Islande.

lm2

 De retour d’un trip de 12 jours en Islande accompagné d’un ami et d’une bonne connaissance. Voilà quelques informations sur notre séjour.

Pour commencer, pourquoi l’Islande?

L’idée de l’Islande m’est venue en parcourant diverses destinations sur internet. Nous cherchions de la pêche à vue en nymphe ou en sèche principalement. Nous étions à la recherche de truite / brochet / artics chars. Nous avions dans l’idée de partir en Laponie Suédoise mais après quelques heures de recherche sur internet, l’Islande semblait plus me convaincre avec ses paysages magnifiques ainsi que ses artics-chars aux couleurs flamboyantes et les gros saumons. Les “Ice Ages Brown” du Thingvellir m’ont spécialement attiré.

lm8

Avant le départ :

Après pas mal de recherches et d’e-mail avec des guides locaux, le voyage commence à prendre forme. On commande une grande tente et on commence les séances de montage (qui finissent plus souvent derrière un bon verre de rouge ou de génépi que derrière un étau).

Voilà, le jour J est là. Le voyage tant attendu après un début d’année très très mitigé pour la PALM par chez nous nous réjouit.

Le trip :

Arrivés sur place avec quelques heures de retard, voilà que notre véhicule n’est plus disponible. On change de voiture et on prend un coffre supplémentaire sur le toit pour mettre tout notre b…

L’aventure commence, les paysages sont magnifiques, on ne comprend rien au GPS, certains avaient de la peine avec la carte. Les bleds peuvent avoir beaucoup de noms différents et d’écritures différentes. Après pour la prononciation, comment dire … On n’a pas réussi à dire un seul mot en 12 jours.

lm12

La pêche commence sur une rivière proche de la capitale, les débit sont bas et elle est remplie d’algues, mais nous arrivons avec Romain à sortir notre épingle du jeu en sèche et NAV. Nous avons pu apercevoir 2-3 beaux morceaux, mais les algues qui dérivaient nous empêchaient de faire de bonnes dérives. Il y avait tout de même quelques beaux poissons qui gobaient. Romain a eu la chance de toucher un très gros char, mais il n’a pas fini à l’épuisette. Nous y avons également aperçu quelques saumons qui semblaient énormes dans ce petit cours d’eau en étiage.

lm9

Le fait qu’il fasse jour très longtemps est assez perturbant. En plein été il fait presque tout le temps jour. Nous n’avons presque pas utilisé de lampes.

Pour la suite, nous avons cumulé le manque de chance … Un lac qui devait être rempli de poissons nous offre que très peu de réussite. La rivière d’après, grosse déception avec des poissons non sauvages et malades…

On tombe enfin sur une rivière de qualité, avec des poissons actifs. Grosse journée d’éclate avec nos premiers artics-chars (des poissons magnifiques et assez gros, jusqu’à 65cm). Il s’agit de poissons très puissants à mon plus grand étonnement. Deux très belles farios (60+ / 73) pour moi, viennent agrémenter cette belle journée de pêche.

lm6

Le lendemain, pêche d’une autre rivière à côté de la précédente. Elle est réputée pour ses gros artics-chars, mais nous n’en feront pas un seul et pas vu à l’endroit où les guides nous disaient que c’était rempli. Par contre on tombe sur un super coin avec des très belles farios à la défense très énergique. Ce qui a étonné les guides locaux.

Ensuite traversée du pays par le centre de l’Ile pour rejoindre la fameuse Laxa (saumon) sur une “route”… Bon la route n’est pas top, mais les paysages sont grandioses.

lm3

Arrivés sur place, la rivière est très très large et semble peu profonde où nous pouvons pêcher. Elle est réputée comme incroyable pour la pêche en sèche. Après 3 jours sur cette rivière et risqué plusieurs capots, on peut dire que le malheur continue… Très peu de poissons dehors, des gobages presque inexistants… Quelques prises tout de même en sèche à ras des bords avec deux trois belles surprises.

lm4

Un peu dégoûté de ces trois jours sur cette rivière nous voilà reparti pour le dernier spot : le Thingvellir (le plus grand lac d’Islande).

Arrivés la veille à l’endroit où nous pourrons pêcher le lendemain, nous avons pu assister à une soirée magique, pas de vent, un soleil qui tarde à se coucher à 23h et des gobages de poissons monstrueux. Des becs de farios énormes dépassent de l’eau. Un vrai spectacle, certains poissons faisaient des gobages au ralenti avec une caudale nous faisant un coucou discret quelques secondes plus tard et d’autre très bruyants. Le tout dans un décor des plus magnifiques.

lm13
C’est bon, on va enfin avoir notre jour de chance. On part au lit très excités après avoir refait nos BDL contrôlé nos noeuds et mis un bon 22% en pointe. Après quelques heures de sommeil le réveil sonne, on ne traîne pas pour se lever et départ au bord de ce lac. Pas trop de vent, un gobages énorme, puis deux, on rentre dans l’eau comme des gosses, on fait un posé et là BAMMM le vent qui n’a pas stoppé jusqu’à 23h…

Pas une seule touche, pourtant on a tout essayé et on a vraiment insisté. Petite nymphe ramenée doucement, sèche, streamer. RIEN mis à part des vagues.

Bon nous avons deux jours sur ce spot, on prie pour que notre dernier jour nous offre le bonheur. On croise un gars de Loop qui nous explique deux trois trucs, il devait également pêcher là le lendemain. On se met d’accord sur “qui pêche où” le matin ainsi que l’après-midi.

Dernier jour :

Voilà, c’est notre dernier jour. On espère avoir la chance de revoir le spectacle vécu deux jours plus tôt. Arrivés au bord de l’eau, il y a un peu de vagues. Un gobages, on sourit et on se jette à l’eau. Il s’agira du seul et unique signe de toute sorte de vie aquatique de la matinée. Martin, déprimé est reparti au camping, Romain fait la sieste au bord de l’eau avec un vent terrible dans la gueule et moi comme un crétin je continue. A 13h55 il me semble apercevoir une caudale. Je gueule et Romain me dit que c’est fini, on est passé à côté. Et là, gobage, regobage, reregobage. J’appelle Romain qui ne met pas longtemps avant de venir me rejoindre. Je vois gober un énorme poisson, juste le temps de lui présenter une petite sèche de voir prendre et ferrer dans le vide avant de me rendre compte que l’autre attendait avec sa femme pour pêcher. Bref on va le voir, il nous explique que où il était c’était de la folie, des gros poissons qui gobaient toute la matinée et qu’il en avait décroché deux gros.

lm5

On s’en va à son poste, l’eau est plus calme, on voit un poissons gober en surface, on retrouve encore une fois le sourire. Il s’agira du seul gobage de l’après-midi…. Déçus et dégoûtes, on rentre au camping. On croise le fameux gars et il nous explique qu’après notre départ c’était de la folie… Le tout agrémenté de vidéos assez explicites…

Bref on a bien tout foiré jusqu’au bout.

lm11

Tous les voyages ne peuvent pas être parfaits. Celui-ci ne l’était pas, mais il nous laissera de très beaux souvenirs ainsi qu’une folle envie de retourner essayer ces poissons surdimensionnés en espérant bien tomber.

lm7

Le retour :

De retour en Suisse, on est très déçu de notre voyage. Et puis, je commence à monter une vidéo, je regarde nos photos, je repense aux bons moments et je me dis qu’il n’était pas si loupé que ça.

lm10

Quelques infos supplémentaires :

Le coût de la vie est très très élevé là-bas, même en mangeant des pâtes et en dormant sous tente, le voyage nous est revenu cher. Le prix des permis est impressionnant en rivière (il existe un permis à 50 euros l’année pour pêcher une trentaine de lacs). Il est impératif de passer par un guide pour obtenir les permis, mais la pêche peut-être effectuée comme nous, sans guide.
Heureusement, la pêche du saumon ne nous intéressait pas plus que ça car les prix plus qu’exorbitants des parcours à saumons nous ont vite dissuadés (malgré notre super réputation de Suisse et oui les gars on galère aussi).

lm14

Sinon, on roule normalement à droite, les gens sont gentils, ils font des bons burgers…

Si vous avez des questions supplémentaires, n’hésitez pas.

 

Voici une vidéo de ce trip résumé en 4 minutes. Elle est postée pour un concours, donc n’hésitez pas à mettre un “j’aime” ainsi qu’à la partager.

Title: The land of endless daysBy: Luc MalboisLike this video to vote!This video show some good moments in Iceland with my friend Romain. We went there looking for some big wild browns and big artic-chars in sight fishing. I think we were lucky to achieve these catches. I hope you'll enjoy it.

Publié par RIO PRODUCTS sur mardi 8 novembre 2016

J’espère vous avoir fait un bon compte rendu de notre trip.

Au plaisir d’en discuter si l’on se croise au bord de l’eau.

Luc Malbois